Petite histoire d’un portrait sonore de La Romieu…

Installation sonore « Passage » du Studio éOle / Pierre Jodlowski.

En partenariat avec le Pays Portes de Gascogne, et soutenu par la Drac Occitanie et le programme européen Leader.

Parmi les moments artistiques forts de la 7e édition du Festival Musique en Chemin porté par La Main Harmonique figure l’exposition « Empreintes sonores ».


« Passage » à La Romieu

Dans le cadre du projet « Musique et Numérique en Gascogne », en collaboration avec le Pays Portes de Gascogne et avec le soutien de la DRAC Occitanie et du programme européen LEADER, les compositeurs Pierre Jodlowski et Marin Bonazzi, en partenariat avec Frédéric Bétous et La Main Harmonique, ont composé une cinquantaine de séquences sonores révélant le passé et l’actualité de La Romieu, village qui accueille La Main Harmonique en résidence Ces séquences sonores sont nées à partir de la collecte des souvenirs des Roméviens et des chanteurs de l’ensemble, en résidence dans le village gersois.

Découverte de Passage en présence du studio éOle et de La Main Harmonique, le 6 juin 2017
© Thomas Millet

Chaque passage dans l’installation déclenche la lecture de l’une de ces séquences, qui évolue en fonction de l’attitude et des mouvements du visiteur. Intime et immersive, cette expérience offre un regard singulier sur le village et sa Collégiale : sa riche histoire, mais aussi son actualité, sa réalité acoustique, ses sons cachés, et les paroles des hommes et des femmes qui y circulent.

L’installation « Passage » s’est révélée être non seulement un voyage dans l’univers sonore et les souvenirs de La Romieu, mais aussi et surtout, une rencontre des habitants de La Romieu, avec les compositeurs Pierre Jodlowski et Marin Bonazzi, avec les chanteurs de La Main Harmonique, mais aussi entre eux, un moment pris pour se remémorer les histoires de la commune, les anecdotes du passé ou les sons du présent. Nous remercions vivement les villageois, le conseil municipal et le personnel de la collégiale pour leur investissement dans ce projet.

Pour garder une trace des témoignages et de cette aventure, la jeune réalisatrice gersoise Lucie Dèche a pu capter dans le documentaire « Empreintes sonores » la sensibilité de ces rencontres.

L’école de La Romieu plonge dans les souvenirs sonores ! Les plus chanceux reconnaissent leur cour de récréation.

L’origine du projet « Passage » – par Pierre Jodlowski

« Passage est un couloir sonore dynamique  dédié au Monde des souvenirs.
Cette installation se présente sous la forme d’un tunnel de 10 mètres de long et propose au visiteur un environnement sonore et lumineux avec lequel il peut interagir.
À l’origine, cette installation est une commande de la fondation SIEMENS qui m’avait proposé de développer un projet avec les collaborateurs de l’entreprise. J’avais décidé de travailler sur l’intimité et réalisé, pour cette première version, une collection unique de souvenirs sonores à partir d’interviews des employés de Siemens.
Rapidement, cette installation a été présentée dans de nombreux lieux d’art contemporain (festival de musique contemporaine, Musées, Centre d’Arts…) et j’ai décidé de développer ce projet autour de nouvelles thématiques.
En étroite collaboration avec les lieux d’accueil sont ainsi nées plusieurs versions autour des thèmes suivants : l’écologie, le Temps, Un portrait de Pierre Boulez, La Ville de Wroclaw Capitale culturelle Européenne en 2016…

Mon travail est ici celui d’un collectionneur de mémoires car, pour chaque version, je prends toujours comme point de départ la rencontre avec des individus qui me confient leurs souvenirs sous la forme d’histoires, d’anecdotes, de fragments ou de simples mots. Ces éléments sont ensuite re-composés sous la forme de séquences sonores. Et enfin, proposées au visiteur qui peut ainsi en partager les contenus, car il s’agit ici d’une traversée interactive du tunnel.

Balisés par un ensemble de capteurs, les mouvements des personnes dans le Passage sont analysés et influent sur l’environnement sonore et visuel. La séquence initiale est ainsi transformée au gré des gestes du marcheur et l’installation agit un peu comme un miroir du comportement.

Chaque traversée de Passage est unique ; un voyage au cœur de la mémoire, parfois singulière parfois profondément universelle. »


VOIR

Empreintes sonores – un film de Lucie Dèche


La presse en parle…

La Dépêche du Midi, le 7 juillet 2017 – Véronique Sachetti

De prime abord, le promeneur se demande : « Mais que fait ce long couloir vide au design futuriste dans le beau cloître de La Romieu ? ». En approchant de plus près, quelques explications sur des pupitres… On n’ose pas… ou plutôt si… il faut oser afin de vivre une expérience insolite et inhabituelle. Le visiteur hardi se retrouve au cœur de souvenirs sonores, le plongeant dès ses premiers pas dans l’intimité du village. 

 

La Vie, le 20 juillet 2017 – par Victorine De Oliveira, extraits :

Abrité par des arcades gothiques du XIVe siècle, Passage déploie sa dizaine de mètres aux allures de monolithe kubrickien. Entrer dans le couloir, c’est déclencher un souvenir sonore, auparavant recueilli auprès des habitants. Des rires, un grincement de porte, le braiment d’un âne, des prénoms de femmes au parfum parfois désuet, le moteur d’une moissonneuse, un madrigal de Monteverdi… autant d’épisodes passés et présents de l’histoire du village qui se superposent et animent l’installation en fonction des mouvements de celui qui la traverse. On peut s’y attarder, revenir en arrière, accélérer : la réactivité du couloir rend chacun maître de son expérience sensorielle. […] Au village, l’installation intrigue, émeut, bouscule. Le maire, Denis Delous, ne cache pas son enthousiasme […].

À l’évocation des sons d’autrefois, certains habitants, comme Dany Ligardes, la buraliste, ou Émile Maupomé, dit « Milou », ancien du village aux « r » qui roulent, ont ce regard qui dit à la fois la nostalgie et le plaisir de voir revivre leur passé.


En images


 

Recréation commandée par La Main Harmonique dans le cadre de la saison « Musique et Numérique en Gascogne » dans le cadre du Festival Musique en Chemin

Commande originale du SIEMENS ARTS PROGRAM

En partenariat avec l’IRCAM – CENTRE GEORGES POMPIDOU et éOle – Collectif de Musique Active

Avec la participation des collaborateurs des entreprises SIEMENS en Île de France et sur le site de Saint-Denis

Coordination de la médiation artistique avec les collaborateurs : Barbara Ranavolo

Odyssud-Blagnac : Accueil en Résidence

La Gare aux artistes – Toulouse : Accueil en Résidence

Concept, design sonore, programmation : Pierre Jodlowski

Scénographie et lumières : Christophe Bergon

Dispositif de captation de mouvements, programmation, câblage : Emmanuel Flety

Assistance au design sonore : Marin Bonazzi

Câblage, assistance et soutien technique : François Donato

Conseil technologie LED : Julien Thomas, Société Trois Lumières Blanches

Construction : Frédéric Stoll