Sacrae Cantiones

Présentation

Lumières d’une œuvre « retrouvée »
Carlo Gesualdo – Caroline Marçot

Ensemble La Main Harmonique – 8 chanteurs & harpe triple


À la Renaissance, la musique polyphonique était éditée en « parties séparées » (une partition pour la basse, une pour le ténor, etc.) ; avec le temps, un grand nombre de ces parties, souvent dispersées, furent définitivement perdues. C’est le sort que connut le deuxième livre des Sacrae Cantiones de Carlo Gesualdo (1566-1613), parvenu à nous incomplet – et donc ininterprétable à moins d’un travail de réécriture ou de restitution.

En 2013, sous l’impulsion du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, et à la lumière des travaux musicologiques récents, ces pièces sont enfin restituées au plus près de leur forme originale. La « restauration » d’un monument de la musique tel que le deuxième livre des Sacrae cantiones de Gesualdo à 6 et 7 voix est un véritable événement musical. Une édition scientifique viendra parachever ce travail de recherche. L’ensemble La Main Harmonique donne aujourd’hui à entendre ces œuvres au concert, prélude à un enregistrement discographique en 2014.

En écho aux Sacrae Cantiones, La Main Harmonique passe commande à Caroline Marçot, et prolonge en un geste de création le dialogue entrepris avec l’œuvre de Gesualdo. A partir d’un choix de textes spirituels, La compositrice, elle-même artiste lyrique et passionnée de polyphonie, offre le contraste d’une vue complémentaire de celle du maître de la renaissance.


En savoir plus…

Carlo Gesualdo est l’un des compositeurs les plus emblématiques du monde musical de la fin de la Renaissance. Nous souvenons-nous de l’impression que nous laissent ses madrigaux ? Nous sommes sans repère, pris dans un flot sinueux, entre chromatismes et dissonances… et pourtant quelle beauté dans cette expression des passions ! De l’homme, nous savons qu’il fit assassiner son épouse et son amant, découverts dans la chambre de son château. Sa jeunesse a fait couler beaucoup d’encre et suscité beaucoup de passion, de haine et de rancœur. Sa vieillesse, bien que très romanesque elle aussi, demeure moins connue du public : claustré dans son château de Gesualdo, assailli de remords, perclus de nombreux maux (asthme, migraines, problèmes intestinaux, meurtrissures et plaies à la jambe), le prince de Venosa finit sa vie dans de longues souffrances…

C’est dans cette période que l’incomparable compositeur de madrigaux passionnés consacra son génie à la production d’œuvres religieuses, parmi lesquelles figurent en bonne place les Sacrae Cantiones. Elles furent pour lui le terrain d’expression d’une dévotion privée, teintée par les préoccupations spirituelles et morales de la fin de sa vie, hantée par la pensée du pardon des péchés et de la rédemption. Le caractère ici gratuit d’une production habituellement destinée au cadre liturgique, fonctionnelle par excellence, est en lui seul un fait remarquable ; il explique en grande partie la liberté incroyable dont fait preuve Gesualdo, qui n’avait pas à se soucier de la réception de sa musique. L’intensité dramatique rare, notamment au moyen d’effets empruntés à son langage madrigalesque, mais plus encore par l’insertion de passages chromatiques, égale ici avec un bonheur exceptionnel la maîtrise achevée des techniques contrapunctiques savantes héritées de la grande tradition polyphonique, telles que le canon strict et l’usage du cantus firmus.

« Encore une preuve de l’incroyable ambiguïté de l’œuvre gésualdienne, tiraillée entre une conception visionnaire de l’expression musicale des affects et un attachement viscéral au langage polyphonique renaissant. »

Catherine Deutsch, in Carlo Gesualdo


Programme détaillé

Première partie

Com’ esser puo a V passegiato, pour harpe (sur le madrigal de Gesualdo) – Girolamo Kapsberger (1580-1651)

Da pacem – Caroline Marçot

Da pacem – Carlo Gesualdo

Verba mea – Carlo Gesualdo

Virgo benedicta – Carlo Gesualdo

Ne de Caroline Marçot

Ne derelinquas me – Carlo Gesualdo

Franciscus humilis et pauper – Carlo Gesualdo

Ardens cor – Caroline Marçot

Ardens est cor meum – Carlo Gesualdo

Ad te levavi – Carlo Gesualdo

Seconde partie

Canzone francese del Principe, pour harpe – Carlo Gesualdo

Veni sponsa – Carlo Gesualdo

Gaudeamus – Caroline Marçot

Gaudeamus omnes – Carlo Gesualdo

O anima sanctissima – Carlo Gesualdo

Assumpta es – Carlo Gesualdo

O- O ! – Caroline Marçot

O oriens – Carlo Gesualdo

Veni – Caroline Marçot

Veni creator spiritus – Carlo Gesualdo

Sana me domine – Carlo Gesualdo

Lucerna de Caroline Marçot

O beata mater – Carlo Gesualdo

Illumina nos – Carlo Gesualdo


Photos & Vidéos


Sacrae Cantiones - Abbaye de Sylvanès - ©Jean-Marc Saumade
Sacrae Cantiones – Abbaye de Sylvanès – ©Jean-Marc Saumade

Informations pratiques

Durée du concert : 1h15
9 interprètes (7 chanteurs solistes, 1 instrumentiste (harpe triple) et un chef)
Renseignements : juliette.magniez@lamainharmonique.fr


Programme créé dans le cadre d’une Résidence-association à l’Astrada de Marciac et soutenue par la Région Midi-Pyrénées
En partenariat avec les Rencontres des musiques anciennes-Odyssud et le Festival international de musiques sacrées de l’Abbaye de Sylvanès


Derniers concerts


Dans la presse

Le disque


<< Musica Secreta