Sfogava con le stelle

Claudio Monteverdi (1567-1643)

Madrigaux (Livres IV à VIII) & Pièces instrumentales
Le madrigal est le genre vocal profane le plus important de la Renaissance italienne. Populaire quasiment tout le long du XVIe siècle, il s’est prolongé avec le même succès jusqu’au premier tiers du XVIIe siècle, servant ainsi de « laboratoire » (étymologiquement le « lieu de travail ») aux compositeurs d’avant-garde. Il est donc tour à tour l’une des formes musicales symbolisant l’idéal de la Renaissance, et le véhicule par lequel s’est constitué le langage musical baroque. Les huit livres de madrigaux de Claudio Monteverdi manifestent à eux seuls beaucoup d’aspects de ce glissement entre « prima prattica » et « seconda prattica« , entre l’esthétique du monde de la Renaissance et celle du monde Baroque naissant. Les dernières années du XVIe siècle sont marquées par une grande diversité des styles au travers de compositeurs comme Andrea Gabrieli, Luca Marenzio, Carlo Gesualdo, Luzzasco Luzzaschi et Claudio Monteverdi notamment. Ce qui caractérise le madrigal de cette époque est avant tout une dimension théâtrale accrue. A cette croisée des chemins les polémiques autour de la technique vocale et du rôle du chanteur sont vives. Caccini, dans sa préface du Nuove Musiche, explique que le chant doit se situer au niveau de l’attitude, de la « leggiadria » (beauté/légèreté) et de la « sprezzatura » (nonchalance – qui cache l’artifice) au service de l’éloquence. C’est à l’aune de ces témoignages que les musiciens de La Main Harmonique s’emploient à rendre la fraicheur, la vélocité, l’extériorité, et la fluidité du discours littéraire et des lignes musicales. Transposant avec génie l’univers des passions en musique, Monteverdi dit lui-même que la bonne musique doit avoir l’émotion pour but. Le sentiment amoureux, sujet principal des madrigaux, est le berceau de ces « affetti ».

Durée du concert : 1h15
Interprètes (5 chanteurs solistes / 2 instrumentistes)

Distribution

Nadia Lavoyer & Judith Derouin, Cantos
Frédéric Bétous, alto
Guillaume Gutierrez, tenore,
Romain Bockler, basso
Etienne Floutier, viole de gambe
Ulrik Gaston Larsen, théorbe

Pour en savoir plus :
Pauline Merveille, responsable du développement
pauline.merveille@lamainharmonique.fr

Télécharger le dossier de présentation

 Madrigals (Books IV to VIII) & Instrumental Pieces

The madrigal is the most important secular vocal genre of the Italian Renaissance. Popular throughout most of the sixteenth century, its success continued until the early seventeenth century, thus serving as a « laboratory » (etymologically the « workplace ») for avant-garde composers. It was one of the musical forms therefore that symbolised the ideal of the Renaissance, and the vehicle by which the Baroque musical language was formed. Claudio Monteverdi’s eight madrigal books alone show many aspects of this shift between « prima prattica » and « seconda prattica », between the aesthetics of the Renaissance world and that of the emerging Baroque world.

The last years of the sixteenth century are marked by a great diversity of styles with composers such as Andrea Gabrieli, Luca Marenzio, Carlo Gesualdo, Luzzasco Luzzaschi and Claudio Monteverdi in particular. What characterises the madrigal of this period is above all an increased theatrical dimension.

At this crossroads the controversy around vocal technique and the role of the singer was lively. Caccini, in his preface to Nuove Musiche, explained that singing must be about attitude, « leggiadria » (beauty / lightness) and « sprezzatura » (nonchalance – which hides artifice) at the service of eloquence. It is based on these testimonies that the musicians of La Main Harmonique strive to create the freshness, the tempo, the exteriority and the fluidity of the literary discourse.

Monteverdi himself said that the ultimate goal of music was emotion “Where better than in our amorous state can we perceive these « affetti »? It is in this « stato amoroso » that the subtle transformations of the soul take place.